S’entraîner seul

L’avantage de pratiquer la contorsion, c’est de pouvoir rester chez soi pour s’exercer, et ce, dans l’intimité pour ceux qui préfèrent rester dans leur cocon. On peut donc se contenter d’un entraînement en solo, seul avec soi-même, un entraînement long et éprouvant auquel il faut bien évidemment se tenir, et ce, avec grande détermination.. Néanmoins, s’entraîner seul comporte aussi certaines difficultés car pouvant amener une certaine lassitude, de la démotivation, et que si personne n’est là pour encourager, pour motiver, on est plus en proie à de la paresse, voire de l’abandon, surtout pour ceux qui débutent, qui doutent s’imaginant que difficilement un avenir tout en souplesse. Dans ce cas-ci, il faudra se donner les moyens de rester motiver autrement comme lire, visionner des photos et vidéos de contorsionnistes professionnels, ou bien partager avec une communauté virtuelle amoureuse de contorsion, ce qui ouvre aussi bien des portes parfois à des rencontres qui peuvent aboutir à des projets communs.

Avec un partenaire

Si vous ne pouvez très longtemps supporter la solitude, on peut opter pour un accompagnement avec un partenaire de stretching qui pratique aussi cette même discipline. Il peut être un ami, votre compagnon, celui qui vous connaît suffisamment bien et envers lequel vous avez grande confiance, et suffisamment confiance pour qu’il puisse vous manipuler si besoin pour ainsi vous assister pouvant aussi jouer le rôle d’entraîneur mais un rôle qui reste limiter contrairement au véritable professeur de contorsion et d’équilibre qui lui est qualifié.