David parti, de nouveau la routine (5e partie)

Parce que tout début a une fin. Après trois semaines à la maison auprès de moi, David est de nouveau rentré chez lui en Allemagne là où la bière coule à flot (lol), ce qui me rend triste mais les choses font qu’on ne peut pas toujours rester ensemble. Moi ici, lui là-bas, mais on avait déjà conscience de cette problématique et avions accepté cela dès le départ, donc on ne va pas commencer à se plaindre, même si ça fait royalement chier. Ces moments partagés avec lui ont été uniques, car il ne s’agit pas que de contorsion, il y a aussi tout ce qu’il y a autour. Fini de dire ou faire des conneries, de s’amuser, de se câliner, de se tordre, de se taquiner, de râler, de se prendre en photo ou de se filmer, de cuisiner ensemble, de se préparer le cappuccino ou le café, de …

De nouveau d’actualité : le grand écart facial augmenté (4e partie)

Si je ne m’entraîne plus autant qu’avant, passant de 2/3h à 30 minutes (c’est temporaire), néanmoins, je me consacre à travailler chaque matin et très tôt là où j’ai mes faiblesses dont une que je souhaiterais enfin éliminer. Il s’agit bien évidemment de l’oversplit du grand écart facial que je n’ai pour l’instant jamais réalisé car c’est une zone délicate pour moi à travailler. Au passage, pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un oversplit (un grand écart augmenté), je vous invite à aller voir cette page : Toutes les poses où j’ai pris soin d’ajouter une petite note en ce qui concerne les grands écarts augmentés. Le grand écart facial basique, je n’ai aucune difficulté mais autant vous dire que j’avais pas mal dégusté pour enfin le réussir, ce qui a pris des mois et des mois d’entraînement pour le débloquer via des exercices d’assouplissement pénibles mais efficaces …

La souplesse à deux (3e partie)

  Ces derniers jours nous avons vu quelques aspects de la contorsion pratiquée à deux commençant par l’entraînement qui comprend (en partie) et comme d’habitude les exercices d’assouplissement et puis bien sûr le Partner Yoga qui était déjà prévu et que je trouve dans l’ensemble assez simple à pratiquer à deux. Je ne pensais pas d’ailleurs que ce serait aussi simple que ça, mais dès lors qu’on fait confiance à son partenaire, ça ne peut être qu’ainsi. Bien sûr, nous ne faisons pas pour l’instant toutes les poses car nous n’avons tous deux pas le même degré de souplesse, ni les mêmes capacités, et aussi car il y a des poses qui demandent de la préparation, ce que je n’ai pas fait de mon côté car je ne savais pas exactement ce que je voulais essayer avec David. Il me fallait déjà tester pour en avoir une petite idée, voir …