S’échauffer, pas toujours nécessaire

  Quand on parle d’échauffements, c’est bien souvent prendre une bonne vingtaine de minutes pour aller se dégourdir les pattes, courir, sauter, danser, bref, tout ce qu’on veut tant qu’on bouge. Tout ceci pour prévenir le risque de blessures, éviter de douloureuses courbatures, des crampes, des élongations mais aussi pour améliorer sa condition physique lors d’une séance de sport, mais les échauffements, pour moi, c’est comme les antibiotiques, ce n’est pas automatique (je la garde, elle était bonne celle-là). Comme on m’a déjà plusieurs fois posé la question sur le « comment s’échauffer », c’est donc cet article qui va répondre (plus ou moins)…

Se donner des objectifs

  Comme j’ai déjà pu l’écrire dans un article « plusieurs objectifs, jamais un seul » il est important de se donner des (petits) objectifs qui sont tout simplement des figures ou poses que l’on se sent capable d’accomplir dans un futur très proche, ce que je fais à chaque fois aussi quand je parviens enfin à réussir les poses que je voulais. Et c’est alors qu’en me promenant de nouveau sur la toile pour ainsi faire le tour des quelques photos de contorsion et de yoga que je pourrais travailler en dehors de la séance d’assouplissement, que j’ai eu…

Comme un manque de motivation

Il n’est pas toujours évident d’avoir chaque jour de la motivation ou encore d’être persévérant pour faire sa séance dans le but de garder ou d’acquérir un peu plus de souplesse, et encore plus quand on a des membres douloureux ou quand on se sent comme un peu rouillés. Seulement, manquer un jour de pratique, c’est rendre les articulations raides, et plus on manque, plus elles le seront. L’avantage de la contorsion, c’est que cela se pratique partout chez soi et cela ne demande que peu de préparation. Pas besoin donc de se mettre en condition. Mais si vraiment un…

Quand le grand écart facial semble impossible à réaliser

  Si le grand écart facial séduit et reste le plus impressionnant, il n’est par contre pas aussi accessible que le grand écart latéral. Parce que la difficulté de ce grand écart, c’est qu’il ne s’agit pas uniquement de stimulations musculaires, mais aussi articulaires. Son acquisition demande donc un certain entraînement quotidien pouvant être long, douloureux et parfois même inaccessible pour les plus découragés. Sa réalisation dépendant en partie de la structure anatomique de l’articulation de la hanche) et nous ne sommes pas tous égaux génétiquement. C’est ainsi. À en comprendre qu’il faut oublier ces fausses promesses qui sont faites…

Retour à la position initiale

  Pour chaque exercice et pour chaque pose réalisée, il est important de revenir dans sa position initiale avec douceur en respectant le mouvement naturel du corps. Non seulement, cela rend le moins désagréable possible le retour en position normale, mais aussi cela évite de se blesser surtout lorsqu’il s’agit de la souplesse arrière du dos. Lorsqu’il faille basculer en arrière pour ainsi courber le dos, c’est de façon naturelle et surtout logique que  la tête fera le premier mouvement , donc la tête commence, la nuque suit puis vont suivre toutes les autres vertèbres jusqu’à plier le dos. Revenir…

Voir ses progrès en photo

  Lorsque l’on a des objectifs, il est important de mesurer ses progrès, et pour s’en rendre compte, rien de mieux que de se prendre en photo pour ainsi faire le point. Faire des photos permet de faire des comparaisons, voir où nous en étions hier et où nous en sommes aujourd’hui. Les progressions peuvent parfois même surprendre surtout après avoir pensé n’avoir pas ou trop peu progressé. Parce que parfois, on peut avoir l’impression de stagner, parce que l’on ne se voit pas, parce que l’on ne se rappelle pas toujours de ce que l’on ne savait pas faire…